Introduction aux doctrines ésotériques de l’islam

Issu d’une famille suisse alémanique patricienne de Bâle, fils du sculpteur Carl Burckhardt et petit-neveu de l’éminent historien de l’art Jacob Burckhardt, Titus Burckhardt – Ibrâhîm ‘Izz ad-Dîn depuis sa conversion à l’islam – est né à Florence en 1908. Il est mort à Lausanne en 1984.
Figure de proue de l’école pérennialiste (ou traditionnaliste), il fut directeur artistique dans une prestigieuse maison d’édition suisse de grand luxe spécialisée dans le fac-similé de manuscrits anciens, avant d’être nommé expert par l’Unesco, en charge de la préservation de la médina de Fès (1972). Auteur particulièrement fécond, les nombreux ouvrages et articles qu’il a publiés ont essentiellement trait à l’astrologie, l’alchimie, l’histoire de l’art, l’hermétisme, l’ésotérisme religieux – au soufisme, tout particulièrement : Principes et méthodes de l’art sacré, Chartres et la naissance des cathédrales, Le symbolisme du jeu d'échecs, L’alchimie: science du cosmos, science de l’âme, Lettres d'un Maître Soufi: le Sheikh Al-‘Arabi Ad-Darqawi, L’art de l’islam…
Sa vaste érudition, son excellente connaissance du soufisme et des enseignements mystiques d’autres traditions religieuses – christianisme, judaïsme, hindouisme… – lui avaient conféré une forte autorité dans le domaine des études spiritualistes.
Dans cette Introduction aux doctrines ésotériques de l’islam, il s’applique à résumer – avec beaucoup de clarté et de simplicité – les tenants et aboutissants classiques du Tasawwuf, en fondant son exposé sur l’enseignement métaphysique des plus grands maîtres – notamment celui du Shaykh al-Akbar Muhyî ’d-Dîn ibn ‘Arabî, l’auteur des Révélations Mecquoises (al-Futûhât al-makkiyyah) et des Chatons de la Sagesse (Fusûs al-Hikam).

Titus Burckhardt (Ibrahim ‘Izz ad-Dîn)